ETHIK CIRCUS

 http://www.dreamstime.com/royalty-free-stock-image-image35321956

Avant-propos :

Depuis de très nombreuses années, les considérations des conditions de vie des animaux deviennent des préoccupations pour de plus en plus de personnes.

Loin d’être un sentimentalisme compassionnel, le refus de le souffrance animale devient une revendication éthique sur des bases fondamentalement politiques (dans le sens d’une prise en compte des droits des animaux, et non une position politicienne partisane).

Les animaux sont des êtres conscients qui ressentent douleurs physiques et morales, ainsi qu’émotionnelles.

 

Les cirques avec animaux.

Les conditions de détention de ces animaux dans les cirques est contradictoire avec tous les principes de respect de la vie animale. Les cages où ces animaux passent leurs misérables existences sont trop petites, leurs chaînes sont trop courtes. Ces animaux développent des maladies et des traumatismes (dépressions observables par les va-et-vient, les hochements de tête, le manque d’appétit, la prostration…).

Pour la plupart, c’est aussi toute un dressage violent contre leurs instincts d’animaux sauvages que leurs tortionnaires sont obligés de casser par l’unique moyen dont ils disposent : 12249842_10206428470845326_6405517018091530441_nLa violence, la privation de nourriture, la torture :

Pour qu’un cheval se couche et puisse faire semblant d’être mort en restant immobile : On l’attache au sol jusqu’au jour où il a enfin assimilé ce que l’on attend de lui !

Une chèvre monte sur un escabeau parce que ces sabots brûlent sur des plaques chauffantes, ne lui laissant d’autre choix que de gravir les marches !

Les coups de pics dans le crâne des éléphants (dont les cicatrices sont cachées par des costumes) depuis leur plus jeune âge pour les forcer à obéir !

Ect…

 

Pourtant, le cirque a bien des cotés ludiques et populaires : les clowns, les acrobates, etc. sont autant de prouesses physiques humaines parfois hors du commun. Un monde féerique pour les petits comme les grands, qui serait tellement merveilleux s’il n’y avait cette souffrance animale barbare d’un autre temps.

 

En ces temps où l’on parle d’écologie, de protection de l’environnement pour les générations futures, de préservation de la biodiversité, il est temps de passer à une époque plus respectueuse des animaux et des spectacles que l’on fait voir aux jeunes.

 

Une étude américaine de 1997 menée par le Massachusetts Society for the Prevention of Cruelty to Animals (SPCA) and Northeastern University, a démontré la relation entre maltraitance animale et tueurs en série. La banalisation de la violence, comme dans les corridas, entraîne cette normalisation d’un acte violent envers un être sensible.

 

Afin de préserver des valeurs morales pour les futures générations, nous devons proposer une alternative éthique aux spectacles mettant en scène la souffrance animale.

 

 

Le projet :

 Objet : Des journées de sensibilisation aux conditions atroces de détentions, de dressages et de souffrances des animaux de cirques, et par extension de tous les autres (humains compris !).

 

Moyens :

- Une manifestation itinérante sur plusieurs dates dans plusieurs villes de France.

- Une animation ludique et vivante avec un spectacle, sans animaux, de performances humaines : Jongleuses/jongleurs, acrobates, cracheuses/cracheurs de feu, échassiers, clowns…

- Des stands d’information de CLÉAH et des éventuelles structures locales partenaires.

- Une conférence, sous forme de prise de parole, en entracte sur l’objet du projet en plein milieu du spectacle pour une audience maximale.

VIDE

L’idée vous séduit, vous voulez y participer, aider à l’organisation ou simplement la soutenir ?

Passez à l’Espace de Vie pour en parler !



Comments are closed.