Pause philo #3

Jeudi 24 octobre 2013 : 3ème Pause Philo.

http://www.dreamstime.com/-image1174182Avec un peu de retard, la séance a pu commencer de manière informelle en parlant de la santé, avec un échange sur des expériences personnelles (Lesquelles ? ….vous n’aviez qu’à être là !).

Le thème fut donc tout trouvé :

La santé et l’éthique.

Les professionnels de santé sont-ils/elles des passionnés/passionnées ou est-ce simplement un travail rémunéré pour le seul profit ?

La france est l’un des pays du monde, les plus consommateurs de médicaments.

Mais si ce n’est pour faire marcher les industries pharmaceutiques, pourquoi notre société est si médicamentée ? Notre pays compte-t-il plus de malades que dans d’autres ?

Il existe des manières alternatives à la médication à tout va. Des nombreuses plantes et ingrédients naturels sont présents dans la nature. La façon de vivre de chacun et chacune a une incidence sur son corps. Il suffit souvent de simplement être à l’écoute de notre propre corps et de ses besoins.

La france est aussi en bonne place dans la liste des pays où les gens se font leurs propres prescriptions de médicaments. L’automédication qui pousse les grandes surfaces à faire pression pour pouvoir vendre des médicaments, comme on vend de la lessive. Avec tous les abus et dérives que cela pourrait entraîner.

Être bien dans son corps, c’est avant tout être bien dans sa tête,  et il n’est pas rare de voir des personnes tomber malades suite à des chocs traumatiques (même si ceux-ci ne sont pas physiques, mais psychiques). Ne pas avoir le moral conduit souvent à ne pas avoir la forme et donc à tomber malade, comme une suite logique !?

Les jeunes générations sont de plus en plus malades : Allergies, maladies respiratoires, asthme…

Serait-ce seulement la pollution ambiante qui se propage à travers la planète ? Ou ne serait-ce pas le fait d’aseptiser l’environnement des enfants, en les surprotégeant, en évitant tout contact avec d’éventuels microbes ? Les laisser dans une bulle protectrice, sur-protectrice qui ne pourra entraîner que la faiblesse de leurs organismes une fois en dehors de leur contexte familial.

La discussion a alors posé le non-sens éthique des industries pharmaceutiques, des centres de recherches et autres groupes privés de chercheurs dans le domaine de la santé. Un non-sens éthique car toutes ces structures sont concurrentielles. Cela veut dire que les avancées en matière de santé ne sont que des brevets déposés par des groupes privés. Que les informations sont cachées, que chaque recherche avance de son coté, contre les autres faisant les mêmes recherches. Tout cela pour le profit, la gloire ou quoi d’autre ? Mais certainement pas pour l’unique bien de la planète et de celles et ceux qui y vivent. Tant de chercheurs/chercheuses dans leurs coins respectifs, au lieu de se mettre toutes et tous ensemble pour éradiquer certaines maladies.

On entend trop souvent parler de maladies orphelines (ces maladies rares qui ne touchent pas beaucoup de monde) dont se fichent ses gros groupes de santé car trop peu rentable. Pourquoi feraient-ils des recherches coûteuses alors que ces maladies ne touchent que quelques dizaines, centaines de personnes ?

Les médecines douces et alternatives sont décriées, comme une chasse aux sorcières nouvelle formule.

Le monde est sous contrôle, par les gens de pouvoir, pour surtout le laisser comme il est. Quoi de mieux que des laisser les gens accros aux médicaments au lieu de se rendre compte de leurs propres existences ?

Le « tout médicament » n’est certes pas la solution, et il faut évidement voir ce qu’il est possible de faire en étant plus attentif/attentive à nos propres besoins.

L’hygiène de vie étant la meilleure des préventions contre les maladies : Une bonne nourriture pour le corps (biologique pour éviter pesticides, produits chimique et autres ogm) mais aussi pour l’esprit. Ne dit-on pas « ce qu’on fait à l’intérieur se voit à l’extérieur » ?

Corps et esprit, tout est lié. Être négatif/négative, c’est déjà tomber malade, donc être positif/positive s’est se préserver.

La pause philo s’est terminée sur cette bonne parole.

Papoter et échanger des expériences s’est aussi nourrir son esprit …et ça fait un bien fou !

La rendez-vous a été donné pour nourrir aussi le corps pour danser jusqu’au bout de la nuit à la soirée festive sans alcool  à venir :

Halloween Mini(Compte rendu en cliquant sur l’affiche)

Comments are closed.